Chaine éditoriale

fudoeditions

A partir d’un contenu structuré on peut obtenir plusieurs mises en formes. Voilà l’idée de base qui a donné naissance à la notion de chaine éditoriale.

C’est à partir de cette idée que peut se réorganiser une nouvelles méthode de travail  entre auteurs et éditeur. Pour ce faire, une chaîne éditoriale est basée sur la séparation des formats d’élaboration et de stockage et des formats de publication : les formats de stockage décrivent la structure du contenu qui permet sa conservation et son évolution et les formats de publication la forme physique du document vue par l’utilisateur.

Le contenu est ainsi décrit selon :

  • Sa structure logique (ordre des paragraphes, grands chapitres, différentes parties…) ;
  • Le sens donné au contenu (titre, paragraphe important, définition, remarque, exemple…) ;
  • Sa nature (texte, vidéos, sons, schémas, animations…).

La syntaxe informatique utilisée est un format ouvert respectant la norme XML[1], facilement lisible et modifiable par un développeur : les contenus produits ne sont pas dépendants du logiciel qui a permis sa création.

C’est à partir du contenu structuré que l’éditeur va pouvoir élaborer différentes mises en forme correspondant à différents mode de diffusion ou d’utilisations (par exemple web, livre numérique, livre papier…). Il va pouvoir utiliser des logiciels pour automatiser partiellement ou totalement ces mises en forme. La syntaxe informatique utilisée est aussi un format ouvert, le CSS[2] indépendant des logiciels ou matériels utilisés.

Cela a pour conséquence d’écrire ce que l’on pense sans pouvoir contrôler instantanément le résultat final. On parle alors de WYSIWYM [3] et plus de WYSIWYG[4]

La notion de chaine éditoriale s’étend aussi aux formes d’écritures multimédia avec la vidéo, l’audio, l’interactivité, la 3D… Nous verrons que le langage de description de pages internet l’HTML5 avec l’aide du CSS3 et de la programmation en Java script en dessine les nouveaux contours. C’est avec la navigation internet que l’on peut avoir la meilleure expérience. Les autres mises en forme ne peuvent pas être aussi riches, mais en assure une diffusion plus large et peuvent faire référence  à la publication web.

C’est aussi à partir de ce contenu structuré que la collaboration va pouvoir s’organiser avec l’aide de différents logiciels libres qu’ils soient utilisés en local ou au travers du web ce qui permet le travail à distance.


  1. Extensible Markup Language,« langage de balisage extensible » en français
  2. Cascading Style Sheets : feuilles de style en cascade
  3. What You See Is What You Mind, ceque vous voyez est ce que vous pensez
  4. What You See Is What You Get : Ce que vous voyez est ce que vous obtenez

License

Chaine éditoriale Copyright © 2013 by fudoeditions. All Rights Reserved.

Commentaires/Errata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *